dossier
← Retour

En quête d’adrénaline…

Concurrence, compétition, échéances : on compare régulièrement le parcours de l’entrepreneur à celui du sportif de haut niveau. Car tous deux ont un objectif précis : réaliser un rêve. Et pour y parvenir, ils établissent une stratégie et s’investissent pleinement. Tout comme un champion, un entrepreneur doit se montrer au sommet de sa forme pour franchir les obstacles. D’ailleurs, plus de la moitié des entrepreneurs (55 %)* déclare aimer sortir de sa zone de confort, et près de la moitié d’entre eux (49 %)* reconnaît avoir le goût du risque.

Mais prudence ! Chez certains travailleurs indépendants, être toujours pressé, mener dans l’urgence plusieurs activités en même temps, devient un mode de vie. Pour eux, « stress au travail » est devenu synonyme de challenge et de dynamisme (oubliant que celui-ci était surnommé « baiser de la mort » dans le premier rapport qui lui fut consacré par la Commission Européenne dans les années 90). Leur appétence à la stimulation est si grande qu’elle en devient une addiction, développant une dépendance à l’adrénaline, l’une des principales hormones du stress qui fait monter la tension artérielle et accélérer le rythme cardiaque.

Et sans surprise, on constate que chez ces personnes diagnostiquées « en hyper-stress », le risque d’accident cardiovasculaire ou de burn out est multiplié par trois ou quatre. Car contrairement aux vrais sportifs, ces travailleurs indépendants… ne font souvent pas de sport ! « Pas le temps », répondent-ils, emportés dans la spirale des horaires irréguliers, des longues journées et parfois d’urgences à gérer le week-end. Selon un dernier sondage Opinion Way, 57 % des indépendants ont pris l’habitude de pratiquer une activité sportive une fois par semaine (au moins). Bonne nouvelle car le sport est depuis longtemps reconnu comme une porte ouverte sur la décompression.

Maitrise de soi, défoulement, plaisir de réussir jouent pour beaucoup dans la lutte contre les situations de stress ou de déprime. D’autant qu’en pratiquant au moins une activité physique par semaine, toute personne serait 12% plus productive sur son lieu de travail qu’un sédentaire, révèle une étude canadienne **. En étant dans une bonne forme physique, un entrepreneur réussira mieux encore à relever les défis professionnels qui se présentent chaque jour à lui.

Sources :
* Baromètre de la prise de risque des entrepreneurs et indépendants OpinionWay pour Agipi (étude 2017)
**Santé Canada (étude 2006)

Partage :

Partage Linkedin